mercredi 22 juillet 2015

La faim justifie les moyens

  Et donc là c'était l'été.  Juillet 2015. En plein cagnard. Le ciel gersois était d'un beau bleu, que j'aurais sans honte qualifié de bleu ciel. De gros bass se mouvaient lentement au milieu de troupeau de carpes. Le bétail remuait la tourbe à la recherche de quelque nourriture qu'elles se refusaient manifestement à trouver. Ou alors avec une extrème difficulté.

 Après avoir essayé de décimer le cheptel au worm, au mini crank, en surface, au jig je décidai de tenter une dernière fois ma chance au... Real Vib 77. J'ai donc catapulté illico le lipless au milieu du lac et animé lentement le bordel, posé sur le fond (c'est sûr que ça fait bizarre pour un lipless); après quelques minutes je sentis une aspiration discrète, ferrai et n'eus plus qu'à treuiller un malheureux bass. Ce dernier traversa en chemin une ceinture d'herbiers mais je tiens à rassurer tout le monde, ses jours ne sont (plus) en danger. 

 Eh puis, ce qui compte après tout c'est pas la chute, c'est l'atterrissage. Me conseille-t-on de rajouter à cet article, pourtant déjà si riche culturellement parlant.

Un jeune délinquant, le cerveau explosé par la Weed.


Real Vib 77, peu avant les tests en piscine.