mercredi 6 août 2014

Aujourd'hui j'ai testé pour vous : la pêche à la bombette

 Profitant d'une semaine de vacances en Savoie, j'ai décidé de tester une technique nouvelle pour moi, la pêche à la bombette. C'est donc armé d'une canne Majorcraft Satellite (H), d'un moulinet casting et de quelques bombettes achetées pour l'occasion que je me présente en cette belle journée du 5 Aout au réservoir de Barouchat en Savoie sous les yeux incrédules des habitués des lieux.

 J'ai pu constater en réglant les 13 Euros (arf) d'admission que je n'avais manifestement ni le style, ni le matériel d'un pêcheur à la bombette, la tenancière insistant lourdement sur le fait que je n'avais pas le droit de pêcher aux leurres, ni à la mouche. Je la rassure et promettant de n'utiliser que des teignes et de cette étrange 'pâte à truite' que l'on m'avait vendue 7 Euros le petit pot la veille.

  Je fais un tour rapide du lac et ne trouve qu'un poste face au vent. J'y resterai de 9h à 12h, coincé entre une famille bruyante et un vieux pêcheur détestant les enfants. Première surprise, il semblerait que la bombette soit une pêche d'attente : autour de moi les cannes sont câlées et ça discute. Décidément je le sens mal.  D'autant qu'avec mon ensemble casting je lance moins loin que les autres pêcheurs.

 Peu à peu je capte l'intérêt de cette technique, elle me permet de tester différentes profondeurs, tout en lançant relativement loin. Je la ramène très lentement, pour m'occuper les mains. Vers 10h30 je n'ai toujours aucun poisson, comme beaucoup d'autres pêcheurs. Je monte ma bombette flottante et capture immédiatement une arc famélique (cf photo). Vers midi les spots se libèrent et j'arrive à trouver un meilleur endroit, plus profond. J'y capturerai 2 autres arcs, toujours à la bombette flottante.

 Bilan : J'ai bien aimé le côté prospection à toute profondeur de la bombette, et sa faculté à bien se lancer. Il est, de plus, toujours intéresant de tester des techniques différentes de celle utilisée généralement.

 A réessayer, ailleurs qu'à Barouchat.